Biographie - Philippe ROLLOT Galerie Artistique (libra)

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Biographie

BIOGRAPHIE REALISEE PAR
Monique ORTEGA  (biographe)  et Hervé ORTEGA (photographe)




Philippe Rollot" libra" est né en 1961 à Vittel.

Ville où il réside ; artiste  peintre depuis vingt cinq ans.
Il a participé à de nombreuses expositions personnelles et collectives.
Peintre intéressé par le surréalisme dans sa jeunesse il se consacre plus volontairement maintenant  au symbolisme  et à la peinture Astrologique.
Après 1989 et la chute du Mur de Berlin le 9 novembre 1989 à 17h00, il choisit de changer de style et commence, par ce  premier tableau "astrologique" une longue série d'œuvres .
C'est à  Carquefou en pays de Loire qu'il le peint.

Cette allégorie remplie volontairement d'erreurs :
- la ligne d'horizon représentant le Nadir céleste est posée au milieu.
- le nombre d'or n'est point présent.
- l'Aura  des planètes n'est que symbole.
C'est inévitablement ce tableau, qui est devenu le vecteur de son travail au fil de toutes ces années.

Tout a commencé, il y a longtemps.... Au Siècle dernier...

Dans son enfance sa mère décorait ses cahiers de récitation, il se souvient de la fable de La Fontaine la Cigogne et le Renard son premier dessin ou du moins de mémoire le plus ancien.
D'avoir dessiné dès l'âge de 10 ans une fresque de 2M² sur Saint Nicolas (patron de la Lorraine). Par ce concours, le seul qui fera dans sa vie d'artiste "l'art n'est qu'un concours de circonstances et de rencontres", il remporta pour sa classe l'Encyclopédie "Tout l'Univers".

Mais c'est à l'âge de quatorze ans et après un accident, qu'il fut hospitalisé et rencontra une autre patiente artiste peintre de vingt deux ans son aînée et "espionne". (Il le découvrira vingt ans plus tard, sa mère aide soignante avait été dans la confidence.) Pendant son séjour, elle lui apprit les règles de la perspective, de la composition de la couleur.
Il reste encore au fond des tiroirs de la Maison familiale quelques dessins de cette époque... C'est aussi en cette année, 1975 qu'il participa en collaboration avec des décorateurs du Club Med de Vittel à la réalisation de Décors de Théâtre.

Il peignait pour la première fois avec des Outils autrement plus impressionnants... Exit les gouaches remplacées  par  des pots de peintures ENORMES. Les pinceaux petits gris c'étaient transformés en balais "Lave Pont" et la feuille de papier en drap de 50m².

Ce décors représentait une place de marché, et son travail dans un premier temps était de "Construire la pers" (perspective vue de la salle); ligne d'horizon et point de fuite...Il fallait faire croire... Les ordinateurs n'existaient pas à cette époque... Mais grâce à un bon coup de crayon on lui demanda de réaliser les affiches de présentation des spectacles de ce club de vacance... Pourtant ce n'était pas dans ses attributions.. Il était Caddy de golf... Son premier Job de vacances.

A l'école de  Mirecourt où il poursuivait ses études, son professeur de dessin, Mr Noirclair (cela ne s'invente pas !) continua son éducation et son apprentissage artistique. Il se souvient tout aussi  bien de sa toute première exposition au collège.

Mais c'est en 1987 est à la demande de son ami Sylvain Loisant; artiste peindre  qu'il collaborera à différents grands projets artistiques. Mosaïques monumentales, décors, fresques...


Sylvain, grand technicien le conduit à "respecter la toile". Et tel les grands anciens avec leurs élèves il lui apprit à tendre, enduire, poncer, et surtout bien choisir les différentes couleurs. Cette amitié sans faille encore aujourd'hui conduit les deux compères à réaliser des expositions ensemble.
Cette connivence reste rare chez les artistes. La concurrence n'existant pas entre les deux.
Une autre personne l'a "poussé" Michel PIERRE, autre artiste peintre, lui c'est l'abstrait qui motive son travail .
Philippe a puisé dans ses couleurs et ses mictions. C'est aussi avec Michel  qu'il réalisa ses premières expositions personnelles .

De 1993 à 2000 et après un déménagement dans le Doubs, il change de signature et devient "Libra". Il installe alors  son chevalet à Valentigney en périphérie de Montbéliard...
Plusieurs expositions ont jalonné cette étape : Montbéliard, Valentigney, Belfort, Mandeure, la Suisse (Berne, Bâle, Zurich).
Quelques Salons aussi : Sochaux, Bâles, Seloncourt, Belfort.
Des décors réalisés pour des association culturelles

Professeur de peinture pour une association culturelle pendant cinq ans. Il poursuit, transmet et "éduque" ses élèves à la même pensée philosophique artistique initiée par Sylvain loisant et Thierry Marié. "L'Art c'est dans le comportement".

Mais Pourquoi "Libra" ?
Libra est le septième Signe du Zodiaque ; représentant la Balance, son Signe.
Dans sa jeunesse il lui était impossible de signer Rollot... Nom trop "Rond".
Libra plus vénusien, plus féminin, plus propice à l'Art.

"Mes Arabesque ne sont que le prolongement de mon bras et de ma main. Il m'est impossible de reprendre une courbe"
Le point commun entre toutes mes toiles est non pas la Signature, mais la boule.. toujours un multiple du nombre d'or, et une courbe et une seule (à découvrir)"


Telles les images d'Epinal ont peut découvrir dans toutes ses toiles et ces arabesques de multiples éléments.
Les titres guident certes, mais le plus souvent ce n'est qu'un prétexte pour visiter, chercher la ou les formes.
Enfants nous nous sommes tous assis dans l'herbe pour contempler les nuages et retrouver tel mouton ou tel visage. La peinture de Libra fait de même. A défaut vous restez debout ! ou restez coi ?

Peintre modeste, il lui est arrivé des refuser des opportunités qui ne lui auraient pas permis de rester fidèle à ses idées .

De nature généreuse on l'a vu offrir à une enfant de 5 ans le tableau qu'elle admirait lors d'une exposition.
Ne se prenant jamais la tête , c'est avec beaucoup d'humour qu'il sait expliquer aux plus jeunes sa passion et son savoir faire .

Les arabesques de ses tableaux suivent une ligne qui ne s'éloigne jamais de l'essentiel . C'est à son image .
La répétition, d'un tableau à l'autre de certains éléments tels la boule témoignent de son acharnement à trouver sa vérité . Il tourne autour sans pour autant s'éloigner de son but qu'il ne pourrait peut-être pas définir lui -même.

On note également, dans ses oeuvres le signe d'une obsession latente : la volonté de savoir comment le tableau vieillira.
Nous l'avons vu plancher sur un tableau, essayant de prévoir les futurs signes du temps sur son œuvre. C'est avec un soin tout particulier qu'il détaillera dans ses peintures les plus anciennes, les signes du vieillissement et de l'impact qu'ils auront sur la toile initiale .

En effet ses tableaux ont pour originalité de changer au cours des années. Laissant apparaître de nouveaux Signes. Cela n'est pas du au hasard mais bien à la conception du tableau elle-même .

Si nous regardons l'ensemble se son travail, on peut noter une évolution dans ses constantes.
Dans les derniers tableaux, l'implicite des premiers est mis à jour. C'est ainsi que nous reconnaissons, une femme, des extraits de lignes féminine .

Les boules, ovules ont accouché du Libra actuel

C'est sans hésitation aucune que nous convions le public à s'attarder sur les arabesques , poussière d'étoiles de Philippe Rollot dit "Libra" .




Monique ORTEGA  (biographe)  et Hervé ORTEGA (photographe).







 
Retourner au contenu | Retourner au menu